Compte-rendu de mon premier semi-marathon, MTM 2018

Je reproduis ici  tel quel ou presque le petit compte-rendu que j’ai écrit à destination de la section running de mon boulot dans le cadre de mon premier semi-marathon, à Toulouse.

Compte-Rendu du semi-marathon de Toulouse – 21 octobre 2018

 

21 octobre 2018, 06h00 du matin ! J’y suis enfin ! Après deux mois d’une pseudo-préparation, embêté par une cuisse gauche légèrement récalcitrante, je me réveille aux aurores pour un dimanche afin d’avoir le temps de digérer mon bol de Mueslis accompagné d’un peu de lait, de me faire tout beau, d’étudier une énième fois le parcours et de partir à l’assaut de mon premier semi-marathon !

Ce semi, il me tient à cœur ! Un an et demi après m’être sérieusement mis à la course à pied, entrée en matière couronnée par une lente agonie à la corrida pédestre de Toulouse 2017 (ma première course officielle), je m’étais fixé 3 objectifs principaux en début d’année 2018 :

– courir mon premier 10K sous la barre de l’heure

– passer la barre des 25 minutes au 5K

– courir mon premier semi (sans objectif de temps)

A ma grande surprise, j’ai atteint le premier objectif dès le début du mois de mars au 10K de Blagnac. Le deuxième objectif, je ne l’atteindrai pas cette année. Beaucoup trop ambitieux en regard de mes capacités et de mon entraînement qui ne fait pas la part belle au fractionné c’est le moins que je puisse dire.

Reste ce fameux semi. Depuis cet été, je m’y prépare. C’est avant tout un challenge personnel, une petite revanche envers mon moi de 12 ans qui n’était pas capable d’avaler les tours de piste pendant 20 minutes sans cracher l’ensemble de ses poumons ! Mes deux dernières courses (les 10K de Blagnac et de Leiden aux Pays-Bas), ainsi que mes entraînements relativement réguliers à défaut d’être très denses me donnent une bonne idée du rythme que je serai raisonnablement capable de suivre sans me mettre dans le rouge et de risquer l’abandon pendant la course.

Afin de m’aider dans mon entreprise, un très bon ami à moi, Sam, a fait le déplacement pour faire mon « pacer » officiel ! Objectif annoncé : 2h15min, soit 6min24s au km. Cela semble tout à fait raisonnable, pas trop rapide pour moi et pas trop lent pour mon lapin officiel qui tourne plutôt à 1h45 sur cette distance et que j’ai peur d’ennuyer avec mon rythme de tortue !

C’est donc bien réveillé et plutôt impatient d’en découdre que je me rends rue de Metz dès 8h30 après une petite marche rapide de 15 minutes depuis mon appartement. A défaut de soleil, le temps s’annonce clément. Pas de pluie, pas de vent ! Malgré un léger brouillard, je ne vais pas faire la fine bouche ! En revanche, je commence déjà à faire mon Caliméro lorsque j’apprends que l’organisation a du retard (pour cause d’une voiture garée n’importe où sur le parcours), et que le 10K, censé partir à 8h00, n’a toujours pas été lâché ! Heureusement, l’annonce d’un retard de 25 minutes me tranquillise et je pars faire un mini-échauffement au petit trot, histoire de paraître professionnel 😉 Bien vite, le froid matinal m’encourage tout de même à rentrer dans le rang, et je me faufile dans mon sas n°6, dédié aux coureurs qui visent un temps supérieur à 2h10 !

Le temps passe, je saute un peu sur place, je vérifie que j’ai bien mon téléphone plaqué sur mon bras avec mon application de running calée à la bonne allure ! Le speaker ne sait plus quoi raconter pour gagner du temps ! Je m’en tape royalement du soutien aux JO Parisiens de 2024, de me mettre à genoux et de sauter pour rien (bonne idée pour se claquer un muscle cela dit…), je veux juste courir !!!

Enfin, le départ officiel est donné aux alentours de 9h30 ! Le troupeau des coureurs commence à s’élancer doucement direction le Pont Neuf ! Je prends soin à cet instant de ne déclencher mon application qu’au passage officiel de la ligne de départ, et je fais mon plus beau sourire au photographe perché quelques mètres en aval de la ligne de départ ! Maintenant ça y est, la course est lancée ! Et très vite, j’ai la sensation que celle-ci va bien se passer ! Je ne ressens pas de douleurs particulières, je me sens plutôt en jambe et mon pacer commence déjà à me demander de ralentir ! J’écoute bien ses conseils, étant donné que la distance maximale que j’ai courue à l’entraînement s’élève à 13 km. Je n’ai pas envie de faire le malin en début de course et de n’avoir plus aucun carburant pour la fin ! Alors que l’on finit de traverser le pont neuf, mon pacer qui se balade à un rythme de sénateur commence à sympathiser avec une gentille runneuse dont le maillot de triathlète était tout trouvé pour engager la conversation ! Et finalement, avant la fin du second kilomètre, Marie (puisque c’est son nom), qui effectue tout comme moi son premier semi, décide de courir avec nous car elle vise justement un temps aux alentours de 2h15min ! Et c’est parti pour un trio qui va durer jusqu’au km 19 !

Pendant quelques kilomètres, rien de spécial ne se passe ! Puis c’est l’heure des premiers ravitos, et je me dis que j’ai bien envie de croquer dans une rondelle d’orange ! Et quelle n’est pas ma déception de voir qu’on n’a droit qu’à de pauvres morceaux de sucre ! Bon, j’en profite quand même pour croquer dans un morceau et de boire (j’ai quand même ma propre gourde, histoire de me tranquilliser). Ma déception est quant à elle bien vite ravalée ! En effet, des sifflets commencent à arriver de derrière nous, et une voix nous demande de nous écarter sur la droite de la piste, afin de laisser passer les coureurs handisports du marathon ! Voir ces quelques personnes partir pour un marathon en chaise roulante de compétition, ça force le respect, et je me sens moins l’envie de râler après les ravitos tout d’un coup !!

Plus d’une heure de course s’est déjà écoulée, le kilomètre 10 est en vue, et je me dis que cette course passe super rapidement ! Je me sens toujours aussi bien, calé à la bonne allure ! Je ne parle pas mais j’écoute mes compagnons de route papoter, quelques supporters nous encourager, et je ne me formalise pas des « Allez les filles » que j’entends régulièrement 😉 Les kilomètres continuent à défiler tranquillement, et mine de rien, nous voilà déjà au km 14 ! Ça y est, j’ai dépassé ma distance maximale d’entraînement, et si je me dis que je rentre d’une certaine manière dans l’inconnu, je ne panique pas et je m’y engouffre avec plaisir ; après tout, je me suis entraîné pour ça ! J’aimerais tout de même avaler quelque chose d’un peu sucré et consistant, et qui ne soit pas un simple morceau de sucre ! Quel n’est donc pas mon bonheur d’apercevoir enfin des gens près du monument au mort du côté de la Halle aux Grains nous tendre des Pom’Potes. Je suis tellement focalisé sur l’objectif d’en attraper une que je saisis violemment celle qu’on me tend, et que je macule le côté gauche de mon short et de mon T-Shirt de la Pom’Pote en question… Je voulais du sucre, je suis servi ! J’essaie de ne pas y penser même si ça m’agace un peu, mais je ne peux m’en prendre qu’à moi-même ! J’avale d’un trait le reste de la Pom’Pote et c’est parti pour le dernier tiers de la course ! Cette partie-là, je la connais bien ! Aux alentours du km 16, on s’engouffre Rue du Japon, et je sais que je vais passer devant ma résidence ! Bonne nouvelle, je n’ai pas le moins du monde envie de m’y précipiter et de quitter la course ! Au contraire, je me sens l’envie d’accélérer ! Mais une nouvelle fois, mon pacer me rappelle à l’ordre. La consigne, c’est d’attendre les deux derniers kilomètres pour accélérer si je me sens bien !! Sir Yes Sir !!

Je vais bientôt toucher au but ! Je rattrape quelques personnes qui commencent à s’arrêter et à marcher, et ça me galvanise davantage, tout heureux d’avoir trouvé le bon rythme pendant cette course ! A l’approche du km 19, nous accélérons très légèrement, et malheureusement, Marie, qui était déjà un peu dans le dur depuis quelques kilomètres, commence à lâcher quelques mètres ! On commence à rentrer pour de bon dans l’hyper-centre, la foule se fait plus pressante aux abords de la route et les encouragements nourris des spectateurs font plaisir à entendre ! Mon pacer commence à m’encourager et me demande d’accélérer et de tout lâcher sur ce gros dernier kilomètre à venir ! Je m’exécute et je suis tout surpris de voir la ligne d’arrivée qui me paraissait plus lointaine finalement ! J’ai la lucidité d’arrêter mon application aussitôt la ligne d’arrivée franchie ! 2h16min23s d’après mon application ! Je commence à marcher, à souffler un peu, à récupérer la médaille tant espérée du finisher ! Ça y est, je suis semi-marathonien et j’ai un peu de mal à réaliser ! Au bout de quelques dizaines de secondes, je ne sais d’ailleurs si c’est dû à la tension qui tombe d’un coup, mais je commence à sentir mes jambes et mes cuisses bien lourdes ! Je bois beaucoup d’eau, et j’ai le plaisir d’apercevoir Marie qui en finit à peine deux minutes derrière nous ! Alors que j’ai pris tant de plaisir à courir et à me nourrir de l’énergie de la foule des coureurs et des spectateurs, je ressens désormais l’envie de rentrer à la maison et d’avoir un peu de calme. Pendant que nous marchons tranquillement, je n’oublie pas sur le chemin du retour de surveiller les performances de mes collègues semi-marathoniens qui en ont fini avant moi, et bien sûr, j’essaie d’obtenir quelques informations à propos des quelques courageux qui se sont lancés dans l’aventure de la course reine du marathon ! Ça fait plaisir de voir que tout à l’air de bien se passer pour eux, et je croise même Dorian rue du Japon, en plein effort final, alors que je m’engouffre dans ma résidence pour un repos bien mérité !

Epilogue & Fun facts

– mon temps officiel sera finalement de 2h16min19s.

– Un grand merci à mon fidèle pacer sans qui j’aurais sans doute couru n’importe comment et à Marie pour avoir eu la bonne idée de se lancer au même moment dans la même aventure. On aura formé un sympathique trio !

– Bizarrement, mon application, ainsi que la montre connectée de mon pacer, indiquent 21.4 km de course. Je reste un peu circonspect, ne sachant trop si ce différentiel de 300 mètres est dû à l’imprécision de nos GPS ou si on a vraiment couru 15 mètres de plus par kilomètre durant toute la course ! Je veux bien n’avoir pas tout le temps pris le chemin le plus optimisé, mais un tel différentiel me paraît énorme ! Un mystère à élucider !

– En parlant de parcours, on pourra retrouver tout le détail du chemin emprunté et du profil altimétrique ici : https://www.openrunner.com/r/9182469

– Instagram étant finalement un petit microcosme (lorsqu’on a les bons mots-clés), Marie, Sam et moi nous retrouvons à travers l’application pour échanger nos impressions respectives et parler des prochaines courses à venir

– Et justement, après quelques jours à profiter de cet accomplissement personnel, et à avoir tiré seulement du positif d’un tel défi, il sera temps de se fixer de nouveaux objectifs pour l’année 2019 ! Sans doute deux ou trois 10K, forcément l’envie d’en découdre à nouveau sur des semis, avec sans doute un premier objectif qui arrivera bien tôt dans la saison du côté de Den Haag aux Pays-Bas où j’irai rejoindre mon pacer début mars ! Avant éventuellement de finir en apothéose avec, qui sait, mon premier marathon, à Toulouse, le 20 octobre 2019 !

– A toutes les personnes qui auront eu le courage de tout lire, et même aux personnes qui ne liront que cette ligne, venez courir ! C’est fun !

Guillaume

Focus on 2017

Foreword: I just copy-paste here my little « summary » on the 2017 year, which was quite a year, full of challenges and changes. This text was published a few days ago on my Facebook page (and in English, that’s why I’m keeping this entry is English as well for the sake of consistency). Maybe I’ll return in more details and in French on the 2017 season in a future post. I guess another future post should be obviously about the 2018 year to come 🙂

Okay, 2017 is over for good. So let’s take a quick look at the little challenges I undertook in 2017 before thinking about 2018.
I will not list everything, but without thinking too much about it, there are already lots of things coming through my mind, which is a good thing !

Thanks to my buddy Sam, I started running almost seriously (whatever that means), meaning in particular:
– a total distance of almost 200 km covered
– my first 5K charity run in the The Netherlands in June
– my first official 10K during the « Corrida Pedestre » de Toulouse

I set foot for the first time in the United Stated during the Summer holidays for a wonderful trip:
– enjoying especially the beautiful wild beaches of the Oregon state
– discovering the famous city of Astoria, a must-see for all Goonies fans !
– enjoying playing with my camera again !
– and last but not least, finally witnessing my first total Sun Eclipse !

I was one of the lucky ones to assist to the Joe Hisaishi Symphonic Concert at the Palais des Congrès in Paris !
Speaking about music, I started playing the cello !
I broke my year-round record for total movies watched in theatres, culminating at 35 (not so far from the 52 initially foreseen )
I finally got my first tennis classification (thanks to my only official match which happened to be a defeat )

I took the important decision to sell my apartment in the Toulouse suburbs to find a temporary new place in Toulouse downtown.
I tried during the past year to always improve myself in order to be a better human being, for my own sake and for the sake of the people I encounter in my daily life, trying to learn new things and always be curious about life and about people. I can’t say everything has been perfect, there were some setbacks, but it was an overall positive run !
And most importantly, I made very good new friendships and consolidated the old ones

And I begin 2018 full of (realistic) hopes and expectations, but that’s for another rant !

Le vent d’autan, ça m’énerve !

Je dirais même que ça me fait complètement craquer !!! S’il y a bien un gros défaut que je dois reconnaître à Toulouse, c’est vraiment ce maudit vent ! Et quand il décide de souffler en rafales non-stop pendant des jours et des jours, il y a de quoi en devenir vraiment fou ! Je crois même détester davantage le vent d’autan que l’agneau, c’est dire 🙂 Bon…ZEN.

News de printemps

Pour éviter d’écrire que je n’écris pas assez sur le blog, je peux au moins prétexter que ces dernières semaines n’ont pas été très propices à prendre la plume. Ma grand-mère maternelle, ma dernière grand-mère, est ainsi décédée au début du mois de février, à peine un an et demi après mon grand-père. Très proche de celle-ci, et absolument pas préparé (mais l’est-on jamais ?) à ce qu’elle nous quitte si vite, j’ai tant bien que mal dû encaisser le choc et accepter qu’elle ne soit plus là. Mon deuil se fait progressivement, et j’ai finalement avec le recul la satisfaction d’avoir profité de chaque moment avec elle et d’avoir eu tant de discussions passionnantes, en particulier sur sa vie riche et tumultueuse. Je me suis souvent dit que les rebondissements de sa vie auraient pu faire l’objet d’un roman, et plusieurs fois j’ai eu dans l’idée d’enregistrer et de consigner nos diverses conversations. Bien sûr, à chaque fois je me disais « plus tard ». Mais il n’y aura pas de plus tard. J’ai certes une bonne mémoire, mais pas assez pour rassembler de manière fine tant d’événements. Ce n’est pas bien grave. Si elle emporte avec elle un pan de vie, je garde tous ces moments de partage et quelques épisodes ancrées solidement en moi sans qu’il soit besoin que je les relate ailleurs que dans un cadre privé (peut-être à mes propres petits-enfants dans quelques dizaines d’années, mais bon pour ça il faut d’abord passer par la case enfant 🙂 ).

Dans un registre un peu plus gai, j’ai eu l’occasion pas plus tard qu’hier soir d’assister à mon premier ballet au Zénith de Toulouse. Je pense avoir plutôt bien choisi mon spectacle, puisqu’il s’agissait du Lac des Cygnes (par l’Opéra National de Russie), dont la musique de Tchaïkovski est une fulgurance que je ne me lasse pas d’écouter ! Un ballet qui en appellera sûrement d’autres !

Enfin, après toutes ces semaines fatigantes et stressantes, dans ma vie privée autant que dans ma sphère professionnelle, je m’octroie quelques jours de vacances bien méritées, et je pars visiter Londres dès demain. Plus de 5 ans après ma visite express d’une journée (aller-retour depuis Lille via l’Eurostar), je vais profiter de 5 journées où je vais pouvoir visiter à mon rythme cette ville. Ce sera aussi l’occasion – du moins je l’espère – de faire de nouveau de belles photos ! J’ai récemment fait l’acquisition d’un nouvel objectif (Tamron 24-70 f/2.8 à monture Canon) qui sera parfait pour ce type de voyage ! Comme je suis joueur (et sans l’ombre d’un doute un peu maso), il est probable que je m’alourdisse déraisonnablement en embarquant à la fois mon reflex Canon (ce bon vieux 500D) et mon récent sony a7. Je suis prévoyant.  🙂

Une petite énigme facile

Qu’ai-je en commun avec l’enseignant-chercheur en informatique Clément Aubert, la surfeuse australienne Rebeca Woods, l’actrice (pulpeuse et polyglotte?) Simona Brhlikova-Roman, les cyclistes et politiciens néerlandais Tom Veelers et Duco Hoogland, le rappeur anglais Lethal Bizzle, l’actrice allemande Sonja Bertram, l’actrice et modèle Fernanda Vasconcellos, les footballeur tunisien et uruguayen Aymen Mathlouthi et Chory Castro, l’acteur, chanteur et présentateur indien Ayushmann Khurrana, le joueur de Hockey sur gazon Christopher Zeller, le joueur de rugby à XIII australien Nathan Waters, le joueur de curling chinois Xu Xiaoming,  le joueur de football américain et lieutenant de l’armée américaine Caleb Campbell, la triathlète portugaise Maria Areosa, l’ex-acteur américain Adam Lamberg, sans compter les milliers d’autres personnes que je ne connais pas et qui pourraient tout aussi bien compléter cette liste ?

Retour vers le futur !

Vendredi dernier, j’ai passé une très agréable soirée chez un ami, dont l’initiative de fêter les 30 ans de la sortir au cinéma du premier Retour vers le futur fut une excellente idée. J’ai beau connaître la trilogie en long, en large et en travers, être capable de réciter nombre de répliques des trois films sans sourciller, c’est avec un plaisir non-dissimulé que je retrouve Doc, Marty et Einstein pour une énième vision (mais la première avec les 3 films d’affilée) qui dévoile toujours un petit quelque chose en plus. Et cette fois-ci, je dois dire qu’on a mis le doigt sur quelque chose de tellement gros que je me demande comment j’avais pu passer à côté tout ce temps. Je ne veux pas parler d’incohérences scénaristiques inhérentes à toute histoire qui aborde de près ou de loin les allers-retours temporels (l’histoire me paraît à peu près consistante si on n’est pas trop regardant à une grosse bourde près), mais bien plutôt d’un détail a priori insignifiant mais qui est à la base des péripéties de Marty en 1955. Je veux donc parler du fait que les (futurs) grands-parents de Marty ne fassent pas appel aux urgences lorsque le (futur) grand-père renverse Marty qui venait de sauver son futur père (et du même coup, qui venait de briser la rencontre originelle de son père et de sa mère !). Dit autrement, des inconnus renversent une personne avec leur voiture, et quand bien même ils n’auraient rien à se reprocher dans l’accident, ils la ramènent inconsciente chez eux et laissent les heures s’écouler sans savoir si la personne va bien, si elle n’a pas à tout hasard subi un choc suffisamment violent à la tête pour la faire tomber dans le coma, voire pire. Franchement, autant de négligence médicale, ça fait peur.

Je vais aller me coucher en tergiversant sur ce gravissime problème métaphysique 🙂

La Vrac-Box

Contenu de la boite, en vrac comme il va de soi :

  • j’ai remis récemment les pieds au Zénith de Toulouse, à peine plus d’un an après ma dernière visite (j’y ai vu cette fois-ci le spectacle de Florence Foresti – Madame Foresti –  excellent au demeurant). Me spécialisé-je dans les one-(wo)men-shows ? A priori non, ma prochaine visite programmée au Zénith aura lieu en mars 2016 pour voir le Lac des Cygnes !
  • à peine deux jours après Le Lac Des Cygnes, je pars pour une bonne semaine de voyage à Londres ! Si j’ai hâte d’y être, reste encore à définir le programme. Mis à part le British Museum, je n’ai pas particulièrement envie d’arpenter les musées au pas de course, mais bien plus de profiter de l’atmosphère des différents villages (et visages) que la ville peut offrir au gré de mes futures déambulations (je n’ai passé qu’une seule journée de ma vie à Londres, un certain mardi 26 octobre 2010 si mes souvenirs sont bons, une journée où la pluie ne m’a pas épargné, mais où j’ai trouvé le moyen de profiter de centre-ville sans jamais prendre le métro, et de finir chez Harrods 🙂
  • en parlant de voyages, si la visite parisienne du week-end dernier a finalement été annulée, j’ai enfin pu retourner du côté de Den Haag (à cause de mes coudes, je n’avais pas pu effectuer ma visite prévue au mois de mai)
  • la décoration et l’aménagement intérieur de mon appartement commencent enfin à ressembler à l’objectif que j’avais en tête lorsque j’ai posé pour la première fois mes valises dans mon chez moi. Certaines de mes idées sont longues à mûrir, mais je crois tenir le bon bout ! J’ai l’impression de devenir de plus en plus féru de design en tout cas, en témoigne mon nombre croissants de magazines de décoration ou de visites dans les magasins d’ameublement
  • je lis actuellement Le Capital au XXIème siècle de Thomas Piketty (acheté l’an dernier, mais je n’avais pas eu le temps de l’entamer). C’est tout simplement passionnant ! Il faudrait d’ailleurs que je calcule mon patrimoine actuel et que je le compare à mon revenu pour rigoler 🙂
  • j’ai cette année encore organisé un petit buffet d’anniversaire ! Avec l’exploit d’avoir réussi à cuisiner cette recette pour une bonne vingtaine de personnes, ce qui n’était pas une mince affaire. Vu les quantités qui sont restées, je me dis que j’ai d’ailleurs davantage cuisiné pour 30 que pour 20 ! Passons !
  • je me rends compte que j’avais presque fini de rédiger un petit speedwriting il y a deux mois de ça (dernière édition datée du 06/08/15 au moment où j’écris ces lignes), et bien sûr, j’avais complètement oublié son existence. Je pense le publier assez rapidement en l’état ou presque.
  • je m’étais promis de passer à Piwigo, et bien sûr, je n’ai pas avancé d’un chouia.
  • j’ai enfin découvert le Pic du Midi le temps d’une après-midi et d’une soirée découverte ! Le beau temps était de la partie. Et si j’étais frustré d’une part par le fait que nous n’ayons pas pu admirer les télescopes professionnels du site (nous avons eu droit à quelques observations avec de bons instruments amateurs – télescopes classiques et de type Cassegrain) et d’autre part par l’aspect vieillot et légèrement daté en termes d’informations du musée (qui mérite vraiment une bonne rénovation aussi bien sur le fond que sur la forme), j’ai pu faire quelques jolies photos (pas astronomiques) et j’ai pu profiter de la Voie Lactée à l’œil nu (pas vraiment vu depuis mon voyage australien qui commence à dater). J’ai aussi ramené une jolie boule à neige du Pic qui trône fièrement sur mon buffet
  • après quelques années « médiocres », je me suis mis en tête d’atteindre enfin les 30 films vus au cinéma en une année. Mon record actuel de 29 films date de 2011. J’en suis cette année à 21 films dont la moitié ont été visionnés au cours des 60 derniers jours, c’est dire à quel point je passe de périodes de néant total à des périodes de boulimie. Maintenant que j’ai annoncé à qui voulait bien l’entendre (ou le lire) que le record serait battu à la fin de l’année, je n’ai pas le choix, il faut que j’avale des films ! Bon, je ne me plains pas, les choix depuis la fin de l’été et jusqu’au début de l’hiver m’incitent à l’optimisme (i.e. je n’aurai normalement pas besoin d’aller voir un mauvais nanar – je n’ai rien contre les bons nanars 😉 )), même si j’ai récemment été déçu par le dernier Woody Allen (pourtant, avec Joaquin Phoenix et Emma Stone, il y avait du beau monde et de quoi faire décoller le film), et je pense que mon prochain visionnage du dernier Ridley Scott corroborera la lente chute du pauvre Scott dans les méandres du gentil navet (cf. Exodus: Gods and Kings ou Prometheus)
  • j’ai assisté à mon premier « cours » d’œnologie la semaine dernière. Bon, ce n’est pas tout à fait exact, puisque la soirée était dédiée à une dégustation à l’aveugle plus qu’à une traditionnelle séance de dégustation, soirée au cours de laquelle nous avons eu le droit de boire deux vins rouges, deux blancs ainsi que deux liquoreux. La personne qui nous a initié était au demeurant très sympathique (un certain Didier Sanchez il me semble), et championne du monde 2014 de dégustation à l’aveugle par équipe (je crois que cette personne nous a informé déguster jusqu’à une vingtaine de vins différents par semaine, ce qui me semble monstrueux ! Le fait de reconnaître des vins du monde entier me paraît encore bien plus harassant comme tâche pour des papilles humaines). Tous ces vins avaient la bonne idée d’être accompagnés de manière fort sympathique par des fromages (de Betty il me semble – et comme à chaque fois que j’ai eu l’occasion d’en déguster, ils sont excellents) ainsi que par de la charcuterie qui venait je crois de Deux-Chavanne (que je ne connaissais pas du tout).
  • Et puisque j’en suis à ne plus faire de tennis depuis ma chute (mon dernier tennis remonte au lundi 13 avril 2015), je me suis dit que ce serait une bonne idée de reprendre enfin une licence de la FFT histoire de me motiver un peu. Sérieusement, j’espère reprendre assez vite, mais c’est vrai que j’ai été très prudent ces derniers temps. En dehors d’un été où j’ai régulièrement couru en forêt, ma seule activité sportive s’est résumée à un badminton début septembre, pas forcément très concluant même si le coude droit a largement tenu. Bref, badminton, tennis, escalade sont au point mort. Il est temps de rerereprendre.

Crack les coudes

Après les tendinites aux chevilles et aux genoux, je varie un petit peu dans la catégorie déboires corporels puisque j’ai récemment (il y a deux semaines à peu près) fracturer mes deux coudes (fracture bilatérale des cupules radiales plus exactement) suite à une chute idiote due à un stupide obstacle que je n’ai pas vu. Il m’aura fallu attendre 30 ans pour me casser un os (et même deux donc) pour la première fois, ce qui est une belle performance. A posteriori, j’ai du mal à comprendre comment j’ai pu me fracturer ces deux coudes, notamment en regard des quelques monumentales chutes que je me suis prises adolescent. La chute m’a en effet fait tomber en avant, assez violemment certes, mais pas au point de soupçonner une fracture. Même les violentes douleurs que je ressentais, je les mettais sur le compte des contusions, et alors que j’attendais le bilan d’interprétation de mes radios aux urgences (à la clinique Saint-Jean Languedoc), je m’imaginais dans le pire des cas avec une entorse. Quelle ne fut donc pas ma surprise d’apprendre cette nouvelle (et visiblement, le médecin fut lui aussi étonné par cette double fracture ; il ne sera pas le seul). Une mésaventure n’arrivant jamais seule, j’ai le soir même regagné les urgences (à l’hôpital Purpan cette fois-ci), car mon genou gauche avait doublé de volume à vue d’œil ! Heureusement, pas de fracture cette fois-ci, mais un énorme épanchement qui n’est toujours pas résorbé.

Sans être dramatique, cette mésaventure n’en reste pas moins frustrante à plus d’un titre, à cause du handicap dû à la double fracture d’une part, et l’arrêt de toute activité sportive jusqu’à nouvel ordre d’autre part (au moins 3 mois off avant d’envisager un nouveau match de tennis). Je retrouve actuellement une certaine mobilité (mais je galère en extension totale des avant-bras) mais impossible de porter quoi que ce soit d’à peine lourd, ni de conduire. En terme de douleurs, si je ne mets pas mes coudes à contribution, je ressens malgré tout des tiraillements très désagréables qui s’amplifient la nuit venue. Je me dis pour me consoler que c’est la formation du cal osseux qui engendre ces désagréments supplémentaires. Et effectivement, ce cal commence déjà à se former suite à ma première radio de contrôle effectuée hier. Du coup, ma première séance de kinésithérapie a eu lieu aujourd’hui, neuf autres doivent suivre.

Le côté positif de toute cette histoire, ce sont finalement tous les petits mots gentils que j’ai reçus, les coups de téléphones et les visites ! Ça fait chaud au cœur d’être entouré dans ces cas là car mon moral les deux premiers jours était bien bas (il ne partait pas de très  haut de toute façon, ce qui n’aide pas !). J’ai vraiment été agréablement surpris par tous les témoignages de sympathie que j’ai reçus d’une manière ou d’une autre. Je prends désormais mon mal en patience, avec la ferme volonté de retrouver mon intégrité physique le plus vite possible (pour les coudes, cela semble vouloir dire retrouver sa mobilité initiale, i.e. pas de perte d’amplitude des mouvements, c’est d’ailleurs pour ça que les coudes ne sont pas plâtrés). J’ai quelques challenges à plus ou moins long terme, puisqu’avant ma chute, j’envisageais sérieusement de m’engager sur le semi-marathon de Toulouse (après moult désistements de ma part les années précédentes), et par ailleurs, entre un vol vers les Pays-Bas prévu le 21 mai, et un aménagement/déménagement dans les prochains mois peut-être, j’ai intérêt à être à 100 % de mes moyens. Sans compter quelques soucis administratifs à résoudre ainsi qu’un retour au boulot qui risque fort être sport je pense !

Still blogging

It’s been quite a few weeks since my last post. It’s not as if nothing interesting happened to me but as far as I can tell, I had neither the time, nor the heart to publish things here. Really, life seems so complicated at times ! But I am quite happy to handle things way better than a few years earlier, even if it’s not perfect yet !

For instance, I just don’t know how I miss so many movies I put on my watch-list, but who will remain to be seen for months and months because I wait until the last moment and of course, it’s always too late !

Well, on Sunday, I succeeded, at least partially, since I ended up at the theatre, but did not see exactly my first choice ! And so I depressed completely watching Still Alice, story of…Alice, diagnosed with early Alzheimer’s disease. There are better things to put you in a good mood 🙂 . Such as an excellent brunch taken this Sunday at Bapz, a place which must be known to lots of Toulouse citizens I guess.

Next Saturday, I am also supposed to participate in the « Timbrés de l’orthographe » regional final, at Université Capitole 1, but I still don’t know if I’ll find the motivation to go. It’s not as if I had the slightest chance to make it to the national final !

Anyway, I think this weekend I will bring back from my parents house the new Ishiguro novel, The Buried Giant. I ordered it on Amazon, and I can’t wait to start it, Ishiguro being one of my all-time favourite writers ! And as for why the book is at my parents house instead of mine, it’s simple, I never changed my address when ordering things from Amazon. Laziness…

Merci pour ce moment H3N2

Alors que je pensais finir la fameuse chambre chez mes parents, écrire, développer des pellicules (si vous avez moins de 20 ans, cette expression doit vous sembler bien opaque), aller au cinéma (j’ai juste raté un nombre monstrueux de films ces dernières semaines/mois et je n’en suis pas fier alors qu’il fut un temps où je considérais que les gens qui ne fréquentaient pas les salles obscures s’apparentaient à des OVNIS), alors que je pensais à m’engager dans toutes ces activités palpitantes disais-je, influenza a décidé de balayer toutes ces bonnes résolutions via une attaque virale particulièrement élaborée qui n’a laissé que peu de répit à mes bronches jusqu’à ces derniers jours ! Bon, c’est franchement chiant ce que je raconte là (d’ailleurs sérieusement, pourquoi lisez-vous ça ?), alors la seule chose intéressante que je puisse raconter à propos de la grippe, c’est qu’il existe un site très sympa que je connais depuis quelques années, le réseau Sentinelles, qui répertorie l’activité grippale (mais aussi la diarrhée – bon appétit – et la varicelle) en France, ainsi que par région, ce qui permet de détecter les pics d’épidémie en suivant l’évolution d’une semaine à l’autre des cas reportés par les médecins du réseau, mais aussi d’une année sur l’autre de constater la virulence de tel ou tel virus. On peut par exemple se rendre compte de l’impact important de la grippe cette année (un bon facteur 5 au dessus du seuil épidémique en semaine 6) tandis que la « gastro » est relativement inoffensive ! Ce genre de site, ça satisfait particulièrement mon moi geek médical, une sorte de double évanescent de mon moi geek tout court, qui s’est sûrement créée au lycée lorsque j’aspirais à devenir neurologue et qui n’a pas été bien nettoyé du registre !

Bon, heureusement, mon père n’a pas chômé, lui, et il s’est amusé à tapisser la chambre (on avait finit le parquet il y a deux semaines). Je crois que l’intissé ne l’a pas vraiment convaincu, peut-être parce que le papier en question était très fin et difficilement manipulable. J’ai désormais la tâche de trouver un nouveau moniteur à mes parents, car leur 15 pouces commence à faire trop petit à leur goût (bon en fait surtout à mon goût, mais j’ai désormais les pleins pouvoirs en terme d’informatique chez mes parents et j’arrive à leur faire croire par un habile règne de la terreur que mes goûts sont leurs goûts 🙂 ), donc je recherche un 22 pouces sympa (sympa veut dire pas trop cher, avec des prises VGA, DVI et/ou DisplayPort, voire du HDMI, et nul besoin d’enceintes intégrées). J’hésite entre quelques modèles. Il faut encore que je réfléchisse !

Enfin, alors que j’ai entamé pour la nième fois l’écriture de la baby whale story, et que je m’oriente cette fois-ci sur un genre totalement absurde, Sam m’a donné l’idée de créer une rubrique « Walter Mitty », rubrique des rêves absurdes, idées absurdes, et autres péripéties absurdes qui pourraient me traverser l’esprit ou pourquoi pas m’arriver dans notre réalité ! Ça ma l’air d’être une très bonne initiative. Mais encore faut-il que je finisse cette satanée histoire !! Sinon, cette rubrique est partie pour rester dans les limbes des bonnes idées qui jalonnent ma vie de temps à autre !