Compte-rendu de mon premier semi-marathon, MTM 2018

Je reproduis ici  tel quel ou presque le petit compte-rendu que j’ai écrit à destination de la section running de mon boulot dans le cadre de mon premier semi-marathon, à Toulouse.

Compte-Rendu du semi-marathon de Toulouse – 21 octobre 2018

 

21 octobre 2018, 06h00 du matin ! J’y suis enfin ! Après deux mois d’une pseudo-préparation, embêté par une cuisse gauche légèrement récalcitrante, je me réveille aux aurores pour un dimanche afin d’avoir le temps de digérer mon bol de Mueslis accompagné d’un peu de lait, de me faire tout beau, d’étudier une énième fois le parcours et de partir à l’assaut de mon premier semi-marathon !

Ce semi, il me tient à cœur ! Un an et demi après m’être sérieusement mis à la course à pied, entrée en matière couronnée par une lente agonie à la corrida pédestre de Toulouse 2017 (ma première course officielle), je m’étais fixé 3 objectifs principaux en début d’année 2018 :

– courir mon premier 10K sous la barre de l’heure

– passer la barre des 25 minutes au 5K

– courir mon premier semi (sans objectif de temps)

A ma grande surprise, j’ai atteint le premier objectif dès le début du mois de mars au 10K de Blagnac. Le deuxième objectif, je ne l’atteindrai pas cette année. Beaucoup trop ambitieux en regard de mes capacités et de mon entraînement qui ne fait pas la part belle au fractionné c’est le moins que je puisse dire.

Reste ce fameux semi. Depuis cet été, je m’y prépare. C’est avant tout un challenge personnel, une petite revanche envers mon moi de 12 ans qui n’était pas capable d’avaler les tours de piste pendant 20 minutes sans cracher l’ensemble de ses poumons ! Mes deux dernières courses (les 10K de Blagnac et de Leiden aux Pays-Bas), ainsi que mes entraînements relativement réguliers à défaut d’être très denses me donnent une bonne idée du rythme que je serai raisonnablement capable de suivre sans me mettre dans le rouge et de risquer l’abandon pendant la course.

Afin de m’aider dans mon entreprise, un très bon ami à moi, Sam, a fait le déplacement pour faire mon « pacer » officiel ! Objectif annoncé : 2h15min, soit 6min24s au km. Cela semble tout à fait raisonnable, pas trop rapide pour moi et pas trop lent pour mon lapin officiel qui tourne plutôt à 1h45 sur cette distance et que j’ai peur d’ennuyer avec mon rythme de tortue !

C’est donc bien réveillé et plutôt impatient d’en découdre que je me rends rue de Metz dès 8h30 après une petite marche rapide de 15 minutes depuis mon appartement. A défaut de soleil, le temps s’annonce clément. Pas de pluie, pas de vent ! Malgré un léger brouillard, je ne vais pas faire la fine bouche ! En revanche, je commence déjà à faire mon Caliméro lorsque j’apprends que l’organisation a du retard (pour cause d’une voiture garée n’importe où sur le parcours), et que le 10K, censé partir à 8h00, n’a toujours pas été lâché ! Heureusement, l’annonce d’un retard de 25 minutes me tranquillise et je pars faire un mini-échauffement au petit trot, histoire de paraître professionnel 😉 Bien vite, le froid matinal m’encourage tout de même à rentrer dans le rang, et je me faufile dans mon sas n°6, dédié aux coureurs qui visent un temps supérieur à 2h10 !

Le temps passe, je saute un peu sur place, je vérifie que j’ai bien mon téléphone plaqué sur mon bras avec mon application de running calée à la bonne allure ! Le speaker ne sait plus quoi raconter pour gagner du temps ! Je m’en tape royalement du soutien aux JO Parisiens de 2024, de me mettre à genoux et de sauter pour rien (bonne idée pour se claquer un muscle cela dit…), je veux juste courir !!!

Enfin, le départ officiel est donné aux alentours de 9h30 ! Le troupeau des coureurs commence à s’élancer doucement direction le Pont Neuf ! Je prends soin à cet instant de ne déclencher mon application qu’au passage officiel de la ligne de départ, et je fais mon plus beau sourire au photographe perché quelques mètres en aval de la ligne de départ ! Maintenant ça y est, la course est lancée ! Et très vite, j’ai la sensation que celle-ci va bien se passer ! Je ne ressens pas de douleurs particulières, je me sens plutôt en jambe et mon pacer commence déjà à me demander de ralentir ! J’écoute bien ses conseils, étant donné que la distance maximale que j’ai courue à l’entraînement s’élève à 13 km. Je n’ai pas envie de faire le malin en début de course et de n’avoir plus aucun carburant pour la fin ! Alors que l’on finit de traverser le pont neuf, mon pacer qui se balade à un rythme de sénateur commence à sympathiser avec une gentille runneuse dont le maillot de triathlète était tout trouvé pour engager la conversation ! Et finalement, avant la fin du second kilomètre, Marie (puisque c’est son nom), qui effectue tout comme moi son premier semi, décide de courir avec nous car elle vise justement un temps aux alentours de 2h15min ! Et c’est parti pour un trio qui va durer jusqu’au km 19 !

Pendant quelques kilomètres, rien de spécial ne se passe ! Puis c’est l’heure des premiers ravitos, et je me dis que j’ai bien envie de croquer dans une rondelle d’orange ! Et quelle n’est pas ma déception de voir qu’on n’a droit qu’à de pauvres morceaux de sucre ! Bon, j’en profite quand même pour croquer dans un morceau et de boire (j’ai quand même ma propre gourde, histoire de me tranquilliser). Ma déception est quant à elle bien vite ravalée ! En effet, des sifflets commencent à arriver de derrière nous, et une voix nous demande de nous écarter sur la droite de la piste, afin de laisser passer les coureurs handisports du marathon ! Voir ces quelques personnes partir pour un marathon en chaise roulante de compétition, ça force le respect, et je me sens moins l’envie de râler après les ravitos tout d’un coup !!

Plus d’une heure de course s’est déjà écoulée, le kilomètre 10 est en vue, et je me dis que cette course passe super rapidement ! Je me sens toujours aussi bien, calé à la bonne allure ! Je ne parle pas mais j’écoute mes compagnons de route papoter, quelques supporters nous encourager, et je ne me formalise pas des « Allez les filles » que j’entends régulièrement 😉 Les kilomètres continuent à défiler tranquillement, et mine de rien, nous voilà déjà au km 14 ! Ça y est, j’ai dépassé ma distance maximale d’entraînement, et si je me dis que je rentre d’une certaine manière dans l’inconnu, je ne panique pas et je m’y engouffre avec plaisir ; après tout, je me suis entraîné pour ça ! J’aimerais tout de même avaler quelque chose d’un peu sucré et consistant, et qui ne soit pas un simple morceau de sucre ! Quel n’est donc pas mon bonheur d’apercevoir enfin des gens près du monument au mort du côté de la Halle aux Grains nous tendre des Pom’Potes. Je suis tellement focalisé sur l’objectif d’en attraper une que je saisis violemment celle qu’on me tend, et que je macule le côté gauche de mon short et de mon T-Shirt de la Pom’Pote en question… Je voulais du sucre, je suis servi ! J’essaie de ne pas y penser même si ça m’agace un peu, mais je ne peux m’en prendre qu’à moi-même ! J’avale d’un trait le reste de la Pom’Pote et c’est parti pour le dernier tiers de la course ! Cette partie-là, je la connais bien ! Aux alentours du km 16, on s’engouffre Rue du Japon, et je sais que je vais passer devant ma résidence ! Bonne nouvelle, je n’ai pas le moins du monde envie de m’y précipiter et de quitter la course ! Au contraire, je me sens l’envie d’accélérer ! Mais une nouvelle fois, mon pacer me rappelle à l’ordre. La consigne, c’est d’attendre les deux derniers kilomètres pour accélérer si je me sens bien !! Sir Yes Sir !!

Je vais bientôt toucher au but ! Je rattrape quelques personnes qui commencent à s’arrêter et à marcher, et ça me galvanise davantage, tout heureux d’avoir trouvé le bon rythme pendant cette course ! A l’approche du km 19, nous accélérons très légèrement, et malheureusement, Marie, qui était déjà un peu dans le dur depuis quelques kilomètres, commence à lâcher quelques mètres ! On commence à rentrer pour de bon dans l’hyper-centre, la foule se fait plus pressante aux abords de la route et les encouragements nourris des spectateurs font plaisir à entendre ! Mon pacer commence à m’encourager et me demande d’accélérer et de tout lâcher sur ce gros dernier kilomètre à venir ! Je m’exécute et je suis tout surpris de voir la ligne d’arrivée qui me paraissait plus lointaine finalement ! J’ai la lucidité d’arrêter mon application aussitôt la ligne d’arrivée franchie ! 2h16min23s d’après mon application ! Je commence à marcher, à souffler un peu, à récupérer la médaille tant espérée du finisher ! Ça y est, je suis semi-marathonien et j’ai un peu de mal à réaliser ! Au bout de quelques dizaines de secondes, je ne sais d’ailleurs si c’est dû à la tension qui tombe d’un coup, mais je commence à sentir mes jambes et mes cuisses bien lourdes ! Je bois beaucoup d’eau, et j’ai le plaisir d’apercevoir Marie qui en finit à peine deux minutes derrière nous ! Alors que j’ai pris tant de plaisir à courir et à me nourrir de l’énergie de la foule des coureurs et des spectateurs, je ressens désormais l’envie de rentrer à la maison et d’avoir un peu de calme. Pendant que nous marchons tranquillement, je n’oublie pas sur le chemin du retour de surveiller les performances de mes collègues semi-marathoniens qui en ont fini avant moi, et bien sûr, j’essaie d’obtenir quelques informations à propos des quelques courageux qui se sont lancés dans l’aventure de la course reine du marathon ! Ça fait plaisir de voir que tout à l’air de bien se passer pour eux, et je croise même Dorian rue du Japon, en plein effort final, alors que je m’engouffre dans ma résidence pour un repos bien mérité !

Epilogue & Fun facts

– mon temps officiel sera finalement de 2h16min19s.

– Un grand merci à mon fidèle pacer sans qui j’aurais sans doute couru n’importe comment et à Marie pour avoir eu la bonne idée de se lancer au même moment dans la même aventure. On aura formé un sympathique trio !

– Bizarrement, mon application, ainsi que la montre connectée de mon pacer, indiquent 21.4 km de course. Je reste un peu circonspect, ne sachant trop si ce différentiel de 300 mètres est dû à l’imprécision de nos GPS ou si on a vraiment couru 15 mètres de plus par kilomètre durant toute la course ! Je veux bien n’avoir pas tout le temps pris le chemin le plus optimisé, mais un tel différentiel me paraît énorme ! Un mystère à élucider !

– En parlant de parcours, on pourra retrouver tout le détail du chemin emprunté et du profil altimétrique ici : https://www.openrunner.com/r/9182469

– Instagram étant finalement un petit microcosme (lorsqu’on a les bons mots-clés), Marie, Sam et moi nous retrouvons à travers l’application pour échanger nos impressions respectives et parler des prochaines courses à venir

– Et justement, après quelques jours à profiter de cet accomplissement personnel, et à avoir tiré seulement du positif d’un tel défi, il sera temps de se fixer de nouveaux objectifs pour l’année 2019 ! Sans doute deux ou trois 10K, forcément l’envie d’en découdre à nouveau sur des semis, avec sans doute un premier objectif qui arrivera bien tôt dans la saison du côté de Den Haag aux Pays-Bas où j’irai rejoindre mon pacer début mars ! Avant éventuellement de finir en apothéose avec, qui sait, mon premier marathon, à Toulouse, le 20 octobre 2019 !

– A toutes les personnes qui auront eu le courage de tout lire, et même aux personnes qui ne liront que cette ligne, venez courir ! C’est fun !

Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *