Crack les coudes

Après les tendinites aux chevilles et aux genoux, je varie un petit peu dans la catégorie déboires corporels puisque j’ai récemment (il y a deux semaines à peu près) fracturer mes deux coudes (fracture bilatérale des cupules radiales plus exactement) suite à une chute idiote due à un stupide obstacle que je n’ai pas vu. Il m’aura fallu attendre 30 ans pour me casser un os (et même deux donc) pour la première fois, ce qui est une belle performance. A posteriori, j’ai du mal à comprendre comment j’ai pu me fracturer ces deux coudes, notamment en regard des quelques monumentales chutes que je me suis prises adolescent. La chute m’a en effet fait tomber en avant, assez violemment certes, mais pas au point de soupçonner une fracture. Même les violentes douleurs que je ressentais, je les mettais sur le compte des contusions, et alors que j’attendais le bilan d’interprétation de mes radios aux urgences (à la clinique Saint-Jean Languedoc), je m’imaginais dans le pire des cas avec une entorse. Quelle ne fut donc pas ma surprise d’apprendre cette nouvelle (et visiblement, le médecin fut lui aussi étonné par cette double fracture ; il ne sera pas le seul). Une mésaventure n’arrivant jamais seule, j’ai le soir même regagné les urgences (à l’hôpital Purpan cette fois-ci), car mon genou gauche avait doublé de volume à vue d’œil ! Heureusement, pas de fracture cette fois-ci, mais un énorme épanchement qui n’est toujours pas résorbé.

Sans être dramatique, cette mésaventure n’en reste pas moins frustrante à plus d’un titre, à cause du handicap dû à la double fracture d’une part, et l’arrêt de toute activité sportive jusqu’à nouvel ordre d’autre part (au moins 3 mois off avant d’envisager un nouveau match de tennis). Je retrouve actuellement une certaine mobilité (mais je galère en extension totale des avant-bras) mais impossible de porter quoi que ce soit d’à peine lourd, ni de conduire. En terme de douleurs, si je ne mets pas mes coudes à contribution, je ressens malgré tout des tiraillements très désagréables qui s’amplifient la nuit venue. Je me dis pour me consoler que c’est la formation du cal osseux qui engendre ces désagréments supplémentaires. Et effectivement, ce cal commence déjà à se former suite à ma première radio de contrôle effectuée hier. Du coup, ma première séance de kinésithérapie a eu lieu aujourd’hui, neuf autres doivent suivre.

Le côté positif de toute cette histoire, ce sont finalement tous les petits mots gentils que j’ai reçus, les coups de téléphones et les visites ! Ça fait chaud au cœur d’être entouré dans ces cas là car mon moral les deux premiers jours était bien bas (il ne partait pas de très  haut de toute façon, ce qui n’aide pas !). J’ai vraiment été agréablement surpris par tous les témoignages de sympathie que j’ai reçus d’une manière ou d’une autre. Je prends désormais mon mal en patience, avec la ferme volonté de retrouver mon intégrité physique le plus vite possible (pour les coudes, cela semble vouloir dire retrouver sa mobilité initiale, i.e. pas de perte d’amplitude des mouvements, c’est d’ailleurs pour ça que les coudes ne sont pas plâtrés). J’ai quelques challenges à plus ou moins long terme, puisqu’avant ma chute, j’envisageais sérieusement de m’engager sur le semi-marathon de Toulouse (après moult désistements de ma part les années précédentes), et par ailleurs, entre un vol vers les Pays-Bas prévu le 21 mai, et un aménagement/déménagement dans les prochains mois peut-être, j’ai intérêt à être à 100 % de mes moyens. Sans compter quelques soucis administratifs à résoudre ainsi qu’un retour au boulot qui risque fort être sport je pense !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *