SpeedWriting #18 – Le viol des lucioles

Après des mois de silence, un nouveau Speedwriting, qui bien que dans un genre totalement différent de celui-ci, met encore à l’honneur un tapis rouge !

*************************************************************************************************

Toute nue. Intégralement, sans fard, sans artifices, sans masque, voilà l’état dans lequel je me retrouve. Si affreuse que me paraisse cette situation, et Dieu sait que je ne l’ai jamais souhaitée, je me dois d’y faire face avec toute la dignité qui m’habite encore en cet instant. Toutes les années passées sous la coupe des plus grands maîtres Zen n’y pourraient pourtant rien, pas plus que ces heures à prendre la posture, ces centaines d’heures qui, toute rodée que je suis, m’ont plus que tout inspiré un profond dégoût de la pose. Et finalement, seul ce brin de dignité, que je ressens caché quelque part en moi, couvert malgré tout par cette enveloppe charnelle, m’aide à tenir. Je ne peux me retourner, et pourtant, je sais qu’à quelques dizaines de mètres derrière mon dos, le rugissement du moteur se fait entendre, les portes sont ouvertes, les vitres sur-teintées. Ne pourrais-je pas, au prix d’un retournement de situation inattendu, m’y glisser de nouveau, et me retrouver au calme, à l’abri des regards inquisiteurs, seule dans ce cocon de tôle. Mais est-ce bien ma voiture qui rugit de la sorte finalement ? Ne devrais-je pas plutôt m’attendre au calme et étrange ronronnement d’un de ces moteurs électriques dont mon agent m’a vanté les vertus, moi l’éternelle technophobe ? Je jurerais que c’est l’un d’entre eux qui m’a amenée ici. Ils sont tellement nombreux aux alentours ! Et rien que d’y penser fait ressurgir à la surface cette idée que je suis baignée d’une atmosphère malsaine, pleine de strasses et de crasse.

Tandis que je me perds en conjectures sur le devenir de mon carrosse et que je ne peux me résoudre à faire volte-face, un crépitement soudain m’aveugle. Une vague d’une violence inouïe. Sous la lumière crue des projecteurs, voilà que je me retrouve livrée à moi-même, prise dans un tourbillon soudain, seule face à une armée de lucioles dont je ne saisis pas les mouvements stratégiques. Elles se déplacent en troupeaux, vivent leur vie en l’espace d’une fraction de seconde et meurent avant même d’avoir pris conscience de la vacuité de leur existence au service d’une bataille dirigée contre un être plus imposant, plus prégnant. Un être tellement plus stagnant aussi. Seules, elles ne peuvent rien contre moi, mais à plusieurs, à force de coups de boutoirs répétés, l’une prenant la place de l’autre stoïquement tombée au combat, au tapis rouge, elles pourraient bien m’atteindre et m’anéantir. Et pour ne pas arranger ma situation, je fais manifestement du sur-place. Je ne sais depuis combien de temps dure mon ahurissement, peut-être tout ce fracas de vie et de mort ne se déroule que depuis quelques secondes, mais visiblement ce sont quelques secondes de trop, et je suis une cible facile. Leurs lumières m’aveuglent à l’envi et me dévoilent l’étendue de leur perfidie. Fière comme je sais l’être dans l’adversité, je me refuse à plier, et pourtant, c’est à force de résistance que je risque bien de me briser en un instant. Mes mains portées au niveau de mes hanches, je prends la pose malgré moi, et je m’expose à rompre, violer par des lucioles avides de mes charmes qu’elles ne consommeront finalement jamais, si ce n’est dans leur multitude. Déployer mes mains, tendre mes bras, saisir une luciole parmi ces milliers de points lumineux, la vaine et cruelle contre-attaque serait annihilée, invalidée par les partisans de la norme, qui après avoir reconnu le crime de guerre, me chargeraient du crime le plus odieux qui soit, celui d’avoir craché dans la soupe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *